Bonne mère, vent,

malgré la pluie, elle est pas "plus belle la vie" ?


Profitant d'une sortie du CAF Vendée, quelques saboliens sont allés tâter du rocher du côté des calanques marseillaises.

Dimanche 26

Les 30 ans du semi-marathon Marseille-Cassis, par la route de la "Ginette" (Je sais, c'est sierra-tango, et pas tango-tango, mais c'est pour un hommage aux Têtes Raides) nous empêchent de nous rendre à En-Vau comme prévu, c'est donc dans la Sainte-Baume que nous entamons le séjour, la course a ramené pas mal de monde sur le Pin de Simon où nous gravissons les voies en dalle d'une à deux longueurs, en compagnie sympathique de membres du CAF de Marseille.





Lundi 27

Les prévisions météo sont loin d'être enthousiasmantes, c'est le moment ou jamais de se lancer dans de grandes voies, cap donc vers Luminy pour se rendre vers la Candelle et son Candellon.



Et c'est parti pour un parcours mythique voire mystique, puisqu'une cordée part dans shiva, et l'autre dans le temple, grandes classiques s'il en est,



le temps nous manquera pour poursuivre par l'arête de Marseille, ce sera pour une autre fois...D'autant plus que l'autre temps se gâte, nous laissant une belle lumière et quelques inquiétudes pour la suite des évènements


Mardi 28

La météo est presque conforme aux prévisions, comme il ne devrait pleuvoir qu'en fin de matinée, nous décidons d'aller découvrir un site proche de Gémenos où nous
logeons :
L'aiguille de la floride ou Aiguilles d'Aubagne
Premier défi, trouver la D559a, puis le sentier vers le site, et enfin les quelques voies exploitables...Le temps de grimper chacun une voie, et la pluie nous conduit à rentrer au bercail, la matinée aura été peu productive, on se consolera l'après-midi en visitant une cave !

Mercredi 29

La météo est presque conforme aux prévisions, ben oui, je me répète, mais la situation météo aussi ! Le mistral annoncé est aux abonnés absents, ce qui n'empêche pas un flux de NW de nous gratifier de ses rafales, ce qui par les moins de 10°C de température ambiante, n'incite guère aux exploits. Nous cherchons néanmoins à grimper dans un coin à l'abri, direction la calanque de Sormiou, pour nous retrouver finalement dans le secteur de La Tiragne, encore libre lorsque nous arrivons.



Le cheminement se corse (normal, on n'en est pas loin), Michel me met en confiance : à partir d'ici, il y en a qui s'assurent (je pense "p'tites b...", respire, et me console en prenant la chose comme un entraînement à l'alpinisme)



Finalement, nous arrivons en face des voies,





La découpe du rocher est superbe



Le temps d'aligner 4-5 voies, après un début d'onglée sur la première, les doigts sur une roche à l'humidité saline, et une averse vient mettre un terme à nos velléités.
Il est temps de rentrer, en prenant garde à ne pas glisser sur les rochers humides du chemin du retour. Content de retrouver un sentier carrossable...


Même si la luminosité peut parfois sembler estivale,

la menace n'est pas loin

Jeudi 30

La météo est toujours incertaine. Au programme traîne-couillons dans les calanques, ou dernière tentative de grimpe dans la chaloupée...Le choix est cornélien, mais finalement, j'opte pour l'escalade, c'est encore là qu'il y aura le moins de tangage


direction le Crêt Saint Michel,

satisfait d'arriver en haut, et de profiter du spectacle
,





avant qu'une nouvelle averse ne vienne doucher nos ardeurs dès le début de la descente.
Malgré un pique-nique au sec, dans une anfractuosité à l'abri du vent, le cœur n'y est plus, et malgré l'humour local, les prévisions orageuses pour vendredi nous confirment dans l'idée d'un départ anticipé d'une journée.




01/11/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres